Accueil  >  News  >  Slalom spécial

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Slalom spécial

© Barcelona World Race
© Barcelona World Race

On savait Guillermo Altadill accrocheur. Avec son compère José Muñoz, le skipper de Neutrogena  rappelle qu’il faudra compter sur lui. Depuis la nuit dernière, les deux hommes ont enclenché la surmultipliée et ont repris près de 80 milles au leader, Cheminées Poujoulat. Néanmoins, les écarts devraient se stabiliser petit à petit, d’autant que les hommes du sud vont peut-être devoir empanner pour ne pas pénétrer dans la zone d’exclusion située à partir du 45° sud.

Toujours est-il que le duel annoncé tient ses promesses. Pour les tandems engagés à la conquête des mers du Sud, la règle du jeu est maintenant claire. Au nord, les hautes pressions synonymes de vents faibles, au sud la zone d’exclusion. Tous vont devoir jouer avec ces deux limites et profiter des bascules de vent au passage des fronts pour trouver l’angle le plus favorable. Le plus habile étant celui qui ne se fera pas piéger le long d’une des deux bordures, au risque de voir son adversaire immédiat partir ou de se faire piéger par GAES Centros Auditivos, toujours en embuscade, à une journée de mer des deux leaders.

Les poursuivants sortis progressivement d’affaire

A bord de Renault Captur, on imagine que les sourires sont revenus. Jörg Riechers et Sébastien Audigane, filent à près de 17 nœuds vers ces Quarantièmes qui commençaient à se faire désirer. Derrière eux, We Are Water et One Planet One Ocean & Pharmaton commencent à retrouver des vitesses honorables même s’ils ne sont pas encore totalement libérés des velléités de la dorsale anticyclonique d’étendre à nouveau ses pseudopodes. Enfin Spirit of Hungary continue de filer bon train dans les alizés. Pour l’équipage, comme pour l’intérêt de la course, ce serait une bonne nouvelle que l’anticyclone de Sainte-Hélène ouvre un peu plus grand les portes du grand Sud.

 

Vendredi, c’est Argo Day

Mais la grande affaire du jour, c’est sans conteste, l’information donnée par la direction de course aux concurrents, qu’à compter de demain ils pourront larguer les balises Argo embarquées, pour une opération inédite dans le monde de la course au large. Pour la première fois, l’ensemble d’une flotte est sollicité pour participer à des collectes de données particulièrement précieuses grâce à ces fameuses balises qui vont permettre de récupérer des informations lors d’un cycle global de 2000 jours environ.

Chaque tandem  a embarqué à son bord les flotteurs Argo (1,7 mètre de hauteur et 22 kilos) qui, une fois jetés à la mer, vont permettre de recueillir des informations capitales révélatrices de la santé de notre planète. Chaque flotteur reste à flot pendant une dizaine d’heures avant de s’immerger aux alentours de 1000 mètres de profondeur pendant une dizaine de jours, pour ensuite plonger à 2000 mètres et enfin remonter à la surface. Chaque cycle permettra de collecter des données sur la salinité et la température de l’eau à diverses profondeurs. Les balises peuvent répéter chaque cycle environ 150 fois.

La direction de course a rappelé aux skippers les procédures à suivre, notamment pour vérifier si les processus de mise à l’eau ont été respectés. Les skippers garderont le libre choix du moment où ils procèderont à la mise à l’eau de leur balise. Seule obligation : respecter la date d’ouverture de la procédure, ce vendredi 23 janvier.


IMOCA Ocean Masters
Barcelona World Race

Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport