Accueil  >  News  >  Orient express

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Orient express

bwr3822dscn1875.JPG

Possible ouverture pour Neutrogena

Conditions rapides pour toute la flotte

Spirit of Hungary, voilure diminuée

La roue infernale des vents d’ouest s’est mise en marche. Les sept bateaux de la Barcelona World Race progressent maintenant dans ce classique mécanisme du Grand Sud qui les emporte vers l’avant, vers leur rêve d’est. A peine ralentis par des zones de hautes pressions qui peuvent néanmoins jouer leur rôle de juge arbitre. Notamment dans la lutte entre Cheminées Poujoulat et Neutrogena, mais également entre GAES Centros Auditivos  et Renault Captur. Dans le peloton de queue, l’accélération va être sérieuse emballant un tour du monde, plein d’écueils pour Spirit of Hungary.

Neutrogena est passé en mode attaque. Guillermo Altadill et José Muñoz ont piqué vers la bordure de la zone d’exclusion des glaces, située à leur longitude à 44°S. Cheminées Poujoulat étant remonté nord, la route des duettistes s’est clairement séparée. Deux degrés de latitude les séparent désormais. Pour l’heure, le duo espagnol bénéficie d’un vent d’ouest plus soutenu - une vingtaine de nœuds contre une dizaine pour leur concurrent franco-suisse - et efface mille par mille son retard, presque 40 depuis hier.

Trois heures d’écart

L’option est contraignante ; par la zone interdite et également par ces hautes pressions de Madagascar dont l’influence descend très sud. Les empannages vont s’enchaîner. Usant dans ces contrées. Mais payant, puisque les routages prédisent trois heures d’écart seulement avec Bernard Stamm et Jean Le Cam au nord de l’archipel de Crozet, dans deux jours. Il était de presque douze heures au cap de Bonne-Espérance.

Ces hautes pressions contrarient également Anna Corbella et Gerard Marin (GAES Centros Auditivos), dans l’océan Indien depuis la nuit dernière. Leur développement plus sud va les contraindre à longer la zone d’exclusion dans un vent d’ouest mollissant. Ils surveillent particulièrement à moins de 500 milles de leur tableau arrière, Jörg Riechers et Sébastien Audigane, attendus demain en milieu de journée au cap de Bonne-Espérance. Les skippers de Renault Captur pourraient profiter d’un petit décalage pour revenir.

Mât raboté

Cela ralentit relativement par l’avant, ça pousse par l’arrière. Un noroit très soutenu de 30 à 35 nœuds va cueillir dès cette nuit Bruno et Willy Garcia sur We are Water, les transportant vers leur cap de Bonne-Espérance, dans trois jours. Ambiance semblable pour One Planet One Ocean & Pharmaton. Dans sa propre course, Spirit of Hungary remet de l’est sur sa route, meurtri après une nouvelle épreuve. Nandor Fa et Conrad Colman naviguent depuis hier avec un mât raboté de 30 cm. Son tube en fibre de carbone s’est vu coupé par la drisse de grand-voile. Après avoir perdu un spi aux Canaries, les voilà avec une grand-voile diminuée, un handicap certain dans les vents faibles. Ce ne sera pas de sitôt. Eux aussi vont profiter d’un vent fraichissant demain à 30 nœuds, et basculant sud-ouest. Alors, autant en emporte le vent !

 

Ils ont dit :

 

Gerard Marin (GAES Centros Auditivos) : « Le cap de Bonne-Espérance passé, la mer acessé d’être difficile. Ces dernières heures, nous sommes passés d’un océan à un autre, là où les courants se rencontrent. C’était chaotique et cela a conditionné notre façon de naviguer. C’était très violent. Normalement, ni Anna ni moi n'avons déterminé un travail spécifique à chacun, nous faisons ce qu’il est nécessaire de faire à un moment donné. Probablement, je fais plus de manœuvres physiques qu’Anna. Les prévisions ne vont pas dans notre sens. Dans trois ou quatre jours, un anticyclone va nous rattraper. Une fois franchi, un autre se profilera. Nous avons du travail sur la planche, d'autant plus avec Renault Captur qui semble puissant derrière nous. »

 

 Nandor Fa (Spirit of Hungary) : « Aujourd’hui, malheureusement, nous avons eu un problème avec le haut du mât. Nous avions affalé la grand voile et nous n’avons pu la remonter jusqu’en haut. Nous avons entendu un grand crac, puis un autre. Nous pouvions voir que la poulie en haut du mât était cassée et la drisse avait coupé le mât sur 30 cm. J’ai dû grimper au sommet pour la couper. Maintenant, nous voilà avec une drisse à l’extérieure, la grand-voile est hissée à nouveau sans pouvoir la monter jusqu’en haut. Mais nous continuons ! Aujourd’hui, nous progressons dans environ 12-15 nœuds de vent de nord – nord ouest. Nous filons sous gennaker et la grand-voile entièrement déployée. Nous sommes à pleine vitesse. Les conditions sont encore légères mais dans les prochains jours, nous progresserons dans des conditions plus musclées, avec des vents plus forts, jusqu’à 10 nœuds de plus. »


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport