Accueil  >  News  >  Duel Pacifique

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Duel Pacifique

© Barcelona World Race
© Barcelona World Race
  • Cheminées Poujoulat et Neutrogena dans le troisième océan du tour du monde
  • Dans trois jours, le passage de l'antiméridien
  • Une flotte étendue sur près de 4000 milles

En franchissant, respectivement hier à 21h30 TU et ce matin à 10h20 TU la longitude 146°E, Cheminées Poujoulat et Neutrogena sont entrés dans l’océan Pacifique. Insensiblement, le ton va changer, la houle va devenir ample, avec un train de dépressions semblable à celui fréquenté dans l’océan Indien. Une fois les derniers chapelets d’îles néo-zélandaises passés, ils feront face à un vaste désert liquide avant d’approcher la Terre de Feu et le cap Horn. Un autre univers qu’ils abordent en chasseur chassé, creusant toujours plus l’écart avec les cinq autres concurrents.

Gigantesque et unique. L’océan Pacifique préfigure la délivrance d’un retour à la maison qui commence. Elle se mérite au prix d’une traversée de quelque 5500 milles pour les concurrents de cette édition, qui auraient la bonne fortune de pouvoir suivre la zone d’exclusion des glaces. Plus ils surferont vers le sud, le cap Horn se situant à la latitude 56°S, plus le chemin sera court. Et tendu. Car dans ces zones, la dérive des growlers, indétectables au radar, exige une veille permanente. Elle se mérite aussi car l’océan Pacifique offre aux marins l’expérience vertigineuse de l'éloignement de tout.

Expérience

Plus que d’autres dans cette troisième édition, Bernard Stamm, Jean Le Cam et Guillermo Altadill ont déjà arpenté les lieux. L’expérience n’est jamais de trop dans la course au large, bien au contraire. A leur retour, ils essaient de partager avec des mots vains une aventure à nulle autre pareille. Sur le moment, la course conserve tous ses droits avec néanmoins cette petite poussée d'adrénaline à l’heure de franchir la longitude de 180°E qui marque l’antiméridien - ou le changement d’heure pour les simples terriens- et le début du retour. « Ça, c’est bon ! » , a résumé Jean Le Cam qui estime à jeudi le saut au-delà de cette li gne imaginaire.

 

Jeu des 1000 bornes

Le combat des chefs étire toujours plus la distance et le temps avec les cinq autres bateaux de la flotte. Quelque 1400 milles séparent désormais les deux leaders de GAES Centros Auditivos. Anna Corbella et Gerard Marin ont doublé la nuit dernière (0h45 TU) le cap Leeuwin, Jörg Riechers et Sébastien Audigane à bord de Renault Captur devraient suivre cette nuit. Les deux équipages ont chacun vécu une belle frayeur lors du passage du « monstre », un  front dépressionnaire costaud, typique des mers du Sud. A plus de 2000 milles, Bruno et Willy Garcia (We are Water) attendent le même phénomène pour la fin de semaine. A plus de 3000 milles et à presque 4000 milles de Cheminées Poujoulat, One Planet One Ocean & Pharmaton et Spirit of Hungary ferment la procession.

 

Retrouvez tous les mots des skippers sur www.imocaoceanmasters.com


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport