Accueil  >  News  >  Un samedi dans les 50è Mollissants…

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Un samedi dans les 50è Mollissants…

© Gilles Martin-Raget
© Gilles Martin-Raget
  • Neutrogena de retour en course
  • Du vent à l’arrière de la flotte
  • Cheminées Poujoulat dans des petits airs

Comme prévu, c’est sur les coups de 5h30 TU, ce matin, que Guillermo Altadill et José Muñoz ont quitté le port d’Invercargill dans le Sud de la Nouvelle-Zélande après une escale rondement menée pour résoudre des problèmes d’énergie rencontrés à bord de Neutrogena.  Un pit-stop express dont ils ont pu tirer tous les bénéfices pour recharger les batteries – celles du bateau, du moteur, et du moral -  à 100%. S’ils mesurent qu’ils ont perdu des milles dans la bataille - plus de 900 sur le leader Cheminées Poujoulat - c’est avec la farouche envie de faire parler leur potentiel de vitesse recouvré que les deux co-skippers ont retrouvé les chemins de la course.

Retour force aux avant-postes ?

Ce samedi, les sept bateaux de la Barcelona World Race sont de nouveau tous réunis dans les mers du Sud et les 14 marins profitent à plein régime de cette compétition extrême vécue comme une aventure humaine. Au-delà du duo hispano-chilien reparti le couteau entre les dents, l’équipage de GAES Centros Auditivos peut se réjouir de revenir en force dans la course aux avant-postes. La météo est de son côté. Un anticyclone situé dans le nord de la Nouvelle-Zélande, qui lui permet actuellement d’allonger la foulée, ralentit aussi Neutrogena dans sa progression vers un prochain front. A 15 nœuds de moyenne, Anna Corbella et Gerard Marin peuvent espérer franchement réduire l’écart de 330 milles qu’il lui concède encore au dernier classement. 

A bord de We are Water,  tout va toujours pour le mieux dans le meilleur des tours du monde pour Bruno et Willy Garcia. Si les conditions ne leur ont pas permis de célébrer le deuxième grand cap comme il se doit,  Leeuwin restera pourtant un grand moment pour ces bizuths du Grand Sud. Désormais, leurs regards se portent vers la frontière matérialisant l’entrée dans le Pacifique, qu’a rejoint e cet après-midi Renault Captur. Ils y sont attendus dans moins de trois jours.

Au programme du week-end austral

En arrière de la flotte, tous les indicateurs de One Planet, One Ocean & Pharmatonet de Spirit of Hungary  sont passés au vert dans des vents de 25-30 nœuds propices à de longues heures de glisse à la barre, à 14-15 nœuds. A la même heure, Cheminées Poujoulat atteint 8 nœuds dans les pointes. Mais, forts de leur solide et très confortable avance, on devine que Bernard Stamm et Jean Le Cam ont d’autres préoccupations.  Ils traversent actuellement une zone de vents plus calmes par 52° Sud, et sont sans nul doute occupés à ne perdre de temps dans la vérification générale du bateau prévue au programme de leur week-end austral. Ce soir, en tête de flotte, le vent devrait rentrer à 16-18 nœuds. Dès demain, ces latitudes ont promis de reprendre leur vrai visage avec le retour, annoncé e n milieu de journée, des vents forts du train dépressionnaire. Chassez le naturel, il revient au galop…

 

Retrouvez tous les mots des skippers sur www.imocaoceanmasters.com


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport