Accueil  >  News  >  Neutrogena deuxième au cap Horn

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Neutrogena deuxième au cap Horn

bwr1415d181963.jpg
• Le Horn sous son vrai visage pour le deuxième équipage de la Barcelona World Race • Septième passage du phare le plus sud du globe pour Guillermo Altadill • Un moment émouvant pour le Chilien José Muñoz, un hommage à son ami Felipe Cubillos Deuxièmes de la Barcelona World Race, Guillermo Altadill et José Muñoz ont doublé le cap Horn ce matin à 2h12 TU (3h12 TU+1 à Paris) après 58j 14h et 12mn depuis leur départ de Barcelone, le 31 décembre 2014. A bord de Neutrogena, l’équipage a franchi le Horn par 40 nœuds de vent et une mer formée. C’est la septième fois que Guillermo Altadill franchit le Horn, la deuxième pour José Muñoz. C’est pour le navigateur chilien l’occasion de rendre hommage à son ami Felipe Cubillos, décédé dans un accident d’avion en 2011, aux côtés de qui il a bouclé son premier tour du monde en course. Neutrogena en a terminé avec les mers du Sud, 73 heures et 19 minutes après le leader de la course le Cheminées Poujoulat de Jean Le Cam et Bernard Stamm. Guillermo Altadill et José Muñoz ont longtemps fait jeu égal avec le leader avant de devoir faire escale en Nouvelle-Zélande pour réparer leur moteur. De retour dans le Pacifique après un arrêt obligatoire de 24 heures, ils ont dû batailler avec GAES Centros Auditivos de Anna Corbella et Gerard Marin, attendus au Horn huit heures après Neutrogena. A l’occasion de son septième passage Guillermo Altadill a salué la réputation du caillou. « Le Horn, c’est l’histoire de la course au large. Ça signifie que vous quittez les mers du Sud et commencez à gagner vers le nord. Pendant près de cinq semaines, on a gagné dans l’est, maintenant on va mettre du nord dans notre route et ça change tout. Les conditions dans le Sud sont un plutôt dures, quand vous remontez vers le nord, les températures grimpent. Vous pouvez commencer à vous détendre. » « C’est excitant, c’est mythique », déclarait José Muñoz en pensant à son ami et compatriote Felipe Cubillos. « Il m’a motivé, m’a aidé, m’a soutenu pour que je réalise mon rêve de devenir un navigateur au large chilien. En tant que seul Sud-Américain engagé dans la Barcelona World race, c’est une responsabilité et une incitation à pousser pour faire venir à la course au large d’autres navigateurs de mon pays. » GAES Centros Auditivos devrait quant à lui, franchir le cap Horn ce samedi matin, en troisième position de la Barcelona World Race. Anna Corbella et Gerard Marin avouent être « fatigués des mers du Sud » et aspirent « à des conditions plus supportables » après plus d’un mois dans les océans Indien et Pacifique. Retrouvez toutes les infos sur la course, le classement et la cartographie sur www.barcelonaworldrace.org.

Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport