Accueil  >  News  >  Dix heures dans l’enfer du Horn

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Dix heures dans l’enfer du Horn

© Renault Captur Sailing Team
© Renault Captur Sailing Team
  • Conditions dantesques pour Renault Captur hier après le passage du mythique rocher.
  • Témoignages saisissants de Jörg Riechers et Sébastien Audigane.
  • Spirit of Hungary, dernier de la flotte attendu dans l’Atlantique, le 14 mars.

Le cap Horn, Renault Captur l’a doublé hier dans de bonnes conditions. Le pire était à venir. Peu après, au large d’îles toujours à l’extrémité de la Terre de Feu, Jörg Riechers et Sébastien Audigane ont été cueillis par un violent coup de tabac qui s’est prolongé jusqu’à l’île des Etats. En combinaison de survie, enfermés dans le bateau peu toilé, les deux marins ont laissé passer la furie des éléments avec angoisse. « Nous y avons survécu » : leur témoignage, recueilli à la vacation ce matin, alors qu’ils avaient repris le cours normal de la course à 40 milles des îles Malouines, est poignant. 

A l’approche du cap Horn, un choix cornélien

La dépression tropicale au nord de Renault Captur prend des allures monstrueuses, en venant cogner sur la chaîne des Andes, elle se creuse dans sa descente vers le Horn dans cet enchaînement connu et terrible, si caractéristique de cette zone australe. « Deux jours et demi auparavant, on s’est demandé si on n’allait pas faire demi-tour pour échapper à cette véritable tempête », a expliqué Sébastien Audigane. « En regardant les prévisions météo, on s‘est dit qu’on arriverait à passer devant et on a osé passer devant. » Mais j’avoue qu’après le cap Horn, avec Jörg, on se regardait parfois en se disant qu’on avait fait une belle connerie. »

Un passage dans des conditions maniables 

Cinq à six heures avant de doubler le Horn, Renault Captur passe un premier front costaud, 55 nœuds et une mer démontée. Puis le vent mollit et « heureusement, il y a un peu de retard dans la dépression ». Renault Captur navigue sur le bon bord, et n’est pas gêné par son safran défectueux. La mer devant le mythique rocher est maniable, les vents sont forts de 35 à 40 nœuds : des conditions difficiles mais pas dramatiques. Elles permettent à Jörg Riechers dont c’était le baptême de cap-hornier et à Sébastien Audigane, qui signait son quatrième passage, de prendre des images de l’instant très humide et venté.

Une remontée furieuse vers l’Atlantique

« Pour mon premier cap Horn, il était dément. Après le cap, les conditions sont devenues effrayantes. La mer était très blanche, très abrupte », a raconté le skipper allemand. « Nous sommes partis au lof dans un premier grain avec 70 nœuds de vent. On a réussi à abattre, on était trois ris et J3 qu’on a enroulé pour naviguer sous grand-voile pendant une dizaine d’heures. La mer s’est levée, démentielle, très puissante. D’autres grains jusqu’à 65 nœuds sont venus dans un vent établi à 50-55 nœuds », a précisé son coéquipier français.

Renault Captur navigue alors en fuite, en vent arrière en attendant la bas cule d’ouest jusqu’à l’île des Etats qu’il a laissée à bâbord. « Le plus dur à gérer, c’est justement que tu ne peux rien gérer. Une fois que c’est parti, c’est parti. Nous nous sommes enfermés dans le bateau à double tour. Nous attendions que ça passe. On n’avait qu’une peur, c’est que notre cher pilote s’affole, fasse une erreur. Et là…  Depuis 25 ans que je cours, je n’ai jamais navigué dans des conditions aussi difficiles », a encore glissé Sébastien Audigane.

La délivrance

Les conditions se sont assagies, les deux marins ont remisé leur combinaison de survie, et ressorti pour la première fois depuis longtemps leur grand gennaker. Dans la soirée argentine, les deux hommes, exténués se sont offerts un bon repas pour « se détendre car les nerfs se sont relâchés. »  L’Atlantique est devant eux, les conditions sont revenues à la normale, la course tout autant. A quelques 770-800 milles du cinquième et quatrième, One Planet One Ocean et We are Water, Renault Captur repart en chasse.

L’expérience du Horn restera. « On a fait un choix un peu osé et si c’était à refaire, je ne le referais pas », a assuré Sébastien Audigane. « Le bateau est en bon état. Et nous, on a supporté l’histoire. On en a discuté cette nuit, elle était quand même un peu tirée par les cheveux.D’avoir affronté cela, c’est une expérience de celles qui permettent de garder son sang-froid dans des conditions plus extrêmes. »

« Nous y avons survécu », a posé Jörg Riechers. «Tous les dix ans, une journée comme celle-là, c’est possible mais pas plus. Sinon, vous devenez trop vieux, trop vite ! Mais aujourd’hui, je suis content. Nous étions un peu dégoûtés après notre problème de safran. Nous avions l’humour en berne et le fait de doubler le cap Horn était peu important. Mais, quand vous parvenez à le faire, c’est un grand accomplissement. Après notre arrêt en Nouvelle-Zélande, nous voulions finir la course. La réussite en est d’autant plus belle. Le résultat ne sera pas celui que nous recherchions mais il sera un succès en soi. »

Pendant ce temps…

… en ce 70e jour de course, la distance séparant le leader Cheminées Poujoulat, dans l’hémisphère Nord, et Spirit of Hungary, seul désormais encore dans l’océan Pacifique, se chiffre désormais à quelque 5640 milles. Vendredi, ce dernier devrait rejoindre ses camarades dans l’océan l’Atlantique. Neutrogena et GAES Centros Auditivos sont attendus à l’équateur respectivement le 15 et le 16 mars, soit cinq et six jours après Cheminées Poujoulat qui ne comptaient que trois jours d’avance sur ses poursuivants au passage du cap Horn. Les conditions de remontée de l’ Atlantique Sud ont été exceptionnelles pour Bernard Stamm et Jean Le Cam qui pourraient, suivant les routages, être de retour à Barcelone vers le 25 mars.


IMOCA Ocean Masters
Barcelona World Race

Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport