Accueil  >  News  >  Rendez-vous au Vendée Globe !

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Rendez-vous au Vendée Globe !

Photos: © Benoit Stichelbaut - Sea&Co
Photos: © Benoit Stichelbaut - Sea&Co
  • Trois bateaux, retardés par des avaries en début de course, ont terminé
  • Morgan Lagravière (Safran) a pris la neuvième place après 13j 5h 9min et 45s de course
  • Arrivé 22 minutes après, Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) est 10e
  • A la bouée de Nouch Sud 56 minutes après Safran, Yann Eliès (Quéguiner - Leucémie Espoir) est 11e
  • Conrad Colman (100% Natural Energy) et Pieter Heerema (No Way Back) clôtureront la course lundi avant l'aube

A 3h39, dans la nuit de samedi à dimanche, Morgan Lagravière (Safran) a remporté le match à trois qui l'opposait pour la 9e place à Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) et Yann Eliès (Quéguiner - Leucémie Espoir). Les trois hommes ont franchi la ligne avec 56 minutes d'écart au maximum, au terme de 13 jours et 6 heures de course.  Leur empoignade de circonstance révèle bien des choses sur le match entre les « foilers » et les IMOCA60 à dérives droites qui animera le prochain Vendée Globe.

Bien sûr, ce fut long. Très long. Trop long pour ces trois prétendants à la victoire, privés très rapidement de leur chance d'en découdre en tête de course. Comme Pieter Heerema (No Way Back), qui devrait apponter aux Sables d'Olonne lundi matin, et Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII), le seul à avoir abandonné sur les 14 concurrents, Morgan Lagravière, Jean-Pierre Dick et Yann Eliès ont été contraints de faire demi-tour, en début de course, pour réparer. Pour les cinq IMOCA60, le problème fut identique : à bâbord, leur foil ou dérive a explosé sous l'impact avec un OFNI, à l'exception de StMichel-Virbac pour qui la cause n'avait pas encore été identifiée. Les trois derniers nommés ont finalement couru ensemble cette transat New York - Vendée (les Sables d'Olonne) après que Morgan Lagravière, porté par un vent naissant, a rejoint Jean-Pierre Dick et Yann Eliès, coincés par une molle quelques dizaines de milles après leur décollage de Newport. C'est donc sur une patte que les trois hommes se sont livrés bataille, avec pourtant de très longues sessions tribord amure, en appui sur la coque uniquement.

« En travers de la gorge »

Un brin moins positif, Yann Eliès ne cachait pas sa déception :
« Heureusement qu'il y a eu une course dans la course, sinon ça aurait été le chemin de croix. Il n'y a pas que du négatif, mais le résultat reste à cent mille lieues de ce que j'espérais et de ce que j'avais envie de faire. C'est pour ça qu'il y a énormément de déception en arrivant ici. Ce résultat-là va rester bien en travers de la gorge jusqu'au départ du Vendée Globe, on la ressortira au moment voulu ».

« S'ils souffrent... »

Qui a marqué des points ? Foils ou dérives droites ? Bateaux neufs ou bateaux de précédentes générations ? Ultra-performance ou confort relatif ? Ce qui ressort de ces matches, c'est qu'il n'y a pas une vérité absolue qui émerge. Sur les foilers, la vie à bord peut se révéler particulièrement harassante, entre mouvements et chocs du bateau et bruit insupportable des foils et des safrans. Mais, indéniablement, les nouvelles carènes ont leurs atouts. « On a focalisé sur les foils jusqu'à présent, souligne Jean-Pierre Dick, mais cette expérience malheureuse a permis de montrer que cette nouvelle génération de bateaux, ce ne sont pas que les foils, mais aussi des carènes très performantes... »

Yann Eliès, qui vivait sa première transat en solitaire sur son bateau, a apprécié qu'il soit agréable à vivre, et pas si difficile à utiliser : « Dans les conditions où ça commence à « tartiner » à plus de 20 nœuds, la vie commence à devenir humide, mais c'est apparemment encore plus dur sur les foilers. C'est toujours ça de pris, hein, s'ils en souffrent... qu'ils souffrent grave ! (rires) ».
L'équation est bien là : ce qui est pénible mais acceptable sur deux jours, à bord des foilers, se révèle difficilement supportable pendant dix jours.

Qu'en sera-t-il pendant deux mois et demi pendant le Vendée Globe ? Plus que jamais, et même si les performances des bateaux sont une question centrale, c'est bien l'humain, avec sa capacité de résistance mais aussi ses limites, qui fera la différence. Une seule certitude : ça sera un combat dur. Très dur.

ETA
Conrad Colman (100% Natural Energy) et Pieter Heerema (No Way Back) : dans la nuit de dimanche à lundi

 

 


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport