Accueil  >  News  >  La Route du Rhum des Imoca

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • FFVISAF
  • TOLRIP

Supporters

News

La Route du Rhum des Imoca

L’analyse de Charlie Dalin

CRédit photo : B.Le bars/L'Equipe
CRédit photo : B.Le bars/L'Equipe

Alors que la victoire dans la catégorie Ultime va se jouer la nuit prochaine, les IMOCA de tête s’apprêtent à franchir la mi-parcours de la Route du Rhum. Alex Thomson, Paul Meilhat, Vincent Riou et Yann Eliès pourraient arriver à Pointe-à-Pitre avant le week-end prochain. La bagarre fait rage et si le Britannique sera difficile à battre, rien n’est toutefois joué. Fabrice Amedeo ayant repris la mer après son escale, ce sont aujourd’hui 12 IMOCA qui naviguent vers la Guadeloupe. En revanche, Isabelle Joschke a malheureusement officialisé son abandon. Ce dimanche, Charlie Dalin apporte son regard de spécialiste et livre une analyse personnelle de la Route du Rhum en IMOCA.

« Les quatre premiers sont aujourd’hui les seuls à naviguer au portant dans le Sud de l’anticyclone. Ils ont l’air d’avoir pas mal de grains. On le voit sur leurs vidéos et les images satellites, mais aussi en observant leurs trajectoires qui ne sont pas régulières. Comme souvent, l’alizé semble assez instable en force et en direction. Alex, Paul, Vincent et Yann ont beaucoup de travail à bord. Ce n’est pas de la glisse facile, il faut régulièrement ajuster les trajectoires et changer les réglages.

« Trouver le bon compromis spi/gennaker »

Ce n’est pas évident car ils naviguent dans des forces de vent où ils peuvent a priori faire du spi mais aussi s’en sortir sous gennaker en lofant un peu. Il faut trouver le bon compromis dans cet entre-deux. Le spi est une voile précieuse qui permet de glisser assez bas et de prévoir moins de bords de recalage. Mais c’est aussi une voile fragile qui peut se déchirer assez facilement. Sous spi en IMOCA, il faut beaucoup barrer pour prendre les surfs et bien relancer le bateau. Sous gennaker, le bateau ne ralentit plus, il est sur des rails et le pilote fait bien le boulot. On va vite en pouvant se reposer. Mais les angles de route sont plus lofés. Dans les jours à venir, l’alizé va bien forcir et je pense que les leaders ne se poseront plus la question et passeront tous sous gennak, car au-delà de 22 nœuds de vent on remballe le spi.

« Alex Thomson est idéalement placé pour la suite des événements »

Alex Thomson est souvent plus rapide que ses poursuivants, Hugo Boss accélère vraiment fort dans un mode un peu lofé. Alex est idéalement placé pour la suite des événements. D’ici à l’arrivée en Guadeloupe, le vent va prendre entre 30 et 40 degrés de rotation vers la droite. Alex est bien placé par rapport à cette bascule. Même si en théorie il profite d’un vent un peu moins fort et régulier que ses concurrents plus au Sud, il sera très difficile à doubler. Il semble avoir le contrôle de la situation. Il va essayer de préserver sa position et d’empanner en même temps que les autres. Les premiers devraient arriver entre le 15 et le 16 novembre. Il leur reste donc encore quatre à cinq jours de mer, la bataille va faire rage.


« Les 48 première heures de course sont primordiales, même à l’échelle d’une transat »

On a une nouvelle fois pu observer que les 48 premières heures de course sont primordiales, même à l’échelle d’une transat car ça part souvent par devant. La dépression de la première nuit a énormément redistribué les cartes. Paul Meilhat a parfaitement négocié cette première difficulté et aujourd’hui on le retrouve aux avant-postes. Paul a très bien navigué depuis le début, il dispose d’un bateau polyvalent, ce qui semble intéressant sur cette Route du Rhum. C’est vraiment surprenant que Vincent Riou, dans des conditions où il était sur le papier plus rapide que Paul, se soit fait autant décrocher. On verra à l’arrivée ce qu’il dévoilera. Soit il a cassé quelque chose, soit il a dû ralentir pour réparer et est désormais de retour avec tout son potentiel. Pour la suite de la course, il n’y aura plus de bord de reaching (vent de travers). Les leaders naviguent à une allure où il est plus difficile de voir les différences entre foilers et non foilers.

« Boris Herrmann a fait le bon choix »

Etant donné qu’il était décalé dans l’Ouest, et que la dorsale a gonflé, la porte des alizés était vraiment fermée pour Boris Herrmann. Même si cela n’était pas simple mentalement, il n’avait pas vraiment d’autre option que de retirer un bord vers le Nord-Ouest et de repartir pour du près dans du vent fort. S’il continuait vers le Sud il allait droit dans le mur. Il a fait le bon choix. Il va bientôt pouvoir se retrouver du bon côté de l’anticyclone et va se recaler derrière les quatre premiers, mais bien devant les bateaux de l’Est. Boris se débrouille bien pour sa première transat en solitaire. Sur mes routages, je le vois arriver un peu moins de 24 heures après le premier groupe.


« Partir longtemps au large, le meilleur moyen d’appréhender un IMOCA »

Pour le groupe plus à l’Est, la porte s’est refermée juste derrière Yann Eliès. Le groupe emmené par Stéphane Le Diraison et Alan Roura se bagarre dans la dorsale depuis la latitude de Madère. Stéphane et Alan sont toujours au Nord de la dorsale, ils ne sont pas encore au vent de la bouée. Ils ont pris beaucoup de retard par rapport aux premiers et l’écart va continuer à augmenter. Mais la dorsale se résorbe doucement, ce soir ils devraient toucher 15-20 nœuds de vent de Nord et retrouver des vitesses intéressantes.

Les concurrents qui se sont arrêtés pour des soucis techniques commencent à repartir. Ca ne doit pas être évident de revenir en course loin derrière les autres. Mais ceux qui le peuvent techniquement ont raison de reprendre la mer. La Route du Rhum est la course la plus importante de l’année sur le circuit IMOCA. Ils ont l’opportunité de profiter de belles journées de portant. Il faut faire des milles sur ces bateaux. Partir longtemps au large est le meilleur moyen d’appréhender un IMOCA. »

Charlie Dalin

---------------------

Le palmarès de Charlie Dalin

- 3e de la Transat Jacques Vabre 2015 en IMOCA (avec Yann Eliès)
- 4 podiums sur la Solitaire du Figaro (2e en 2014, 2015, 2016 ; 3e en 2017)
- Champion de France Elite de Course au Large en Solitaire en 2014 et 2016
- Vainqueur de La Transat AG2R La Mondiale 2012 (avec Gildas Morvan)
- Navigation et travail au bureau d’étude de l’IMOCA Brit Air (Armel Le Cléac’h) en 2010

- 2e de la Transat 6,50 la Rochelle – Salvador de Bahia en 2009

------------------------------------------------------------------------------------------

 Les prochains rendez-vous avec les skippers IMOCA :

- Lundi 12 novembre : Roland Jourdain

- Mardi 13 novembre : Nicolas Lunven

- Mercredi 14 novembre : Alain Gautier

- Jeudi 15 novembre : Sébastien Simon

- Vendredi 16 novembre : Jean-Pierre Dick

- Samedi 17 novembre : Gwénolé Gahinet


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2018 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport