Accueil  >  News  >  Abandon de Safran au [...] Gibraltar

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Abandon de Safran aux portes de Gibraltar

120614.jpg

Au moment où l'IMOCA Ocean Masters New York to Barcelona Race entrait dans une phase très stratégique, à l'approche du détroit de Gibraltar, un accident est survenu à bord de Safran, obligeant l'équipage leader depuis le début à se retirer de la course.

 

A minuit UTC, le duo composé de Marc Guillemot et de Morgan Lagravière décidait de réduire la voilure alors qu'il naviguait face au vent à 64 milles dans l'ouest de Tarifa, situé sur la pointe ouest du détroit. Dans un vent qui soufflait entre 35 et 40 noeuds, générant une mer courte et très forte, avec des vagues déferlantes (provoquées par le vent contre courant), Marc Guillemot s'est blessé après avoir été projeté sur le disque de l'enrouleur de la voile d'avant intermédiaire qu'il tentait de débloquer à l'avant du pont de l'IMOCA 60. Dans sa mauvaise chute, il s'est sévèrement blessé aux côtes.

Après l'incident, Morgan Lagravière a pris seul les commandes du bateau et a viré vers le nord en s'écartant des rails marchands. Tout en se rapprochant de la côte espagnole, pour y chercher une mer plus maniable, Morgan Lagravière – dont c'est la toute première course IMOCA – déclarait l'incident à la direction de course et confirmait que la blessure de Marc Guillemot était très sérieuse, qu'une hospitalisation était nécessaire et qu'il cherchait à rejoindre le port le plus proche, en l'occurence Cadix, dans le nord-ouest de Gibraltar. L'équipage de Safran annonçait officiellement suspendre sa course à 6 h 00 UTC.

Tout en restant en liaison avec le comité de course, Safran remontait donc vers Cadix, à 25 milles dans son nord pour accoster dans le port de Puerto Sherry à 13 h 00 UTC. Grâce à l'aide précieuse de Nicolas Marino, Directeur Général de la Fédération de Voile d'Andalousie et de son équipe, en coordination avec les autorités et le personnel de la Marina Puerto Sherry, Marc Guillemot était transporté dès son arrivée à l'hopital. Nous ne connaissons toujours pas l'importance de la blessure de Marc Guillemot.

 

Pendant que Safran se déroutait vers Cadix, la tête de l'IMOCA Ocean Masters New York to Barcelona Race passait dans les mains de l'espagnol Pepe Ribes et de l'Américain Ryan Breymaier, à bord d'Hugo Boss. Après un long bord qui l'a emmené le long des côtes marocaines ce matin, à 11 h 30 UTC, Hugo Boss était à nouveau tribord amure dans de forts vents d'est, à 20 milles de Tarifa, petite ville située dans l'extrémité ouest du détroit de Gibraltar.

Le media man d'Hugo Boss, Chris Museler rapportait que le bateau se “faisait beaucoup secouer”.

 

A bord de Neutrogena, toujours à 34 milles de Tarifa à 11 h 30 UTC, Guillermo Altadill expliquait que c'était très bruyant à bord également, avec les secousses et les crashs incessants du bateau alors qu'il tentait d'éviter la large zone de trafic marchant des cargos qui entrent et sortent de la Méditerranée.

Ce vétéran des courses autour du monde ne voulait pas divulguer s'il allait choisir de passer au nord ou au sud de ces rails pour traverser le détroit. “Nous allons essayer d'être sur l'une des côtes pour avoir une mer plus plate, moins de vagues et le courant contre nous”, expliquait-il, en espérant que le vent abattrait au moment de traverser le détroit.

Altadill faisait également l'éloge de l'équipe de préparation de Team Neutrogena, notamment de l'équipe à terre grâce à qui il était parvenu à rester au contact d'Hugo Boss.
Le skipper espagnol a également exprimé sa tri

stesse d'avoir appris la blessure de Marc Guillemot. Il a admis que lui aussi avait des ecchymoses - c'est inévitable dans les conditions météorologiques difficiles que les équipages traversent actuellement - mais ses blessures étaient clairement beaucoup plus légères que celles du skipper français.

 

Fermant la marche, à 11 h 30 UTC, GAES avait encore 93 milles à parcourir avant d'atteindre Tarifa, où ils s'attendaient à affronter des vents très forts. Anna Corbella exprimait elle aussi sa tristesse d'apprendre l'incident à bord de Safran. “Tout au long de la course, nous n'avons cessé de dire que Safran faisait une course excellente. Ils ont fait un magnifique travail jusqu'à cet incident. Nous souhaitons à Marc Guillemot un rétablissement rapide”.

Des sentiments partagés par toute l'équipe d'organisation de l'IMOCA New York to Barcelona Race.


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport