Accueil  >  News  >  Neutrogena second à la maison

Recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous maintenant

 

Vos données ne sont retransmises à AUCUN tiers.

Facebook Twitter RSS

Partenaires officiels

  • Mutuelle Des Sportifs
  • Azimut Communication

Fournisseurs officiels

  • Sea & Co
  • FFVISAF
  • TOLRIP
  • SailingNews.tv

Supporters

News

Neutrogena second à la maison

Les terriers hispano-chilien

neutro.jpg

Pour la première fois l’Espagne et le Chili se sont associés pour participer à une course IMOCA, avec le tourdumondiste José Muñoz et le skipper Espagnol Guillermo Altadill sur Team Neutrogena. Le bateau fait partie des plus performants de la flotte IMOCA 60 actuelle – vainqueur de la Route du Rhum 2010 avec Roland Jourdain et 3ème du dernier Vendée Globe aux mains d’Alex Thomson – mais l’équipage avait encore assez peu d’expérience sur cette machine et n’avait que très peu navigué ensemble quand ils ont pris le départ de la course à New York il y a deux semaines.

Néanmoins Altadill et Muñoz n’ont cessé de repousser leurs limites, et tels des terriers, ils n’ont rien lâché, talonnant en permanence le plus récent 60 pieds IMOCA Hugo Boss.

C’est une véritable traque contre Hugo Boss qu’ils ont menée pendant les 10 derniers jours, suivant chacun de leurs mouvements et parvenant même à prendre l’avantage sur leurs adversaire pendant 18 heures au large des Açores.

« Pepe et moi sommes des amis, nous ne sommes rivaux que sur l’eau, » précisait Altadill à l’arrivée. « Depuis le départ de New York, notre stratégie était de les suivre et de leur mettre la pression. C’est ce que nous avons fait.»

Altadill a rendu hommage à son co-skipper Chilien et à leur monture exceptionnelle. Altadill a été le premier skipper du bateau à sa mise à l’eau en 2007 alors qu’il portait les couleurs d’Estrella Damm. « Je connais ce bateau depuis des années. Il est passé par plusieurs skippers émérites et chacun y a apporté ses améliorations. C’est ce qui lui permet aujourd’hui de supporter la concurrence avec les bateaux de génération plus récente, grâce à toutes ces petites modifications et améliorations au fil des années. »

Après les conditions difficiles rencontrées en Méditerranée, Altadill reconnaît que le meilleur moment de la course a été l’arrivée. « On avait l’impression d’aller plus vite, et on avait bon espoir de pouvoir revenir sur Hugo Boss s’ils restaient encalminés, mais plusieurs fois nous sommes tombés dans des zones de molle dont ils se sont sortis plus rapidement que nous.

Il a été particulièrement difficile de combler notre écart, particulièrement la journée précédant l’arrivée. »

« Mais cette course était un bon test : pour le bateau, pour les voiles, pour les hommes, etc – 15 jours de compétition serrée avec nos concurrents, pas seulement Hugo Boss, mais aussi Gaes et Safran. »

Les derniers mots de Guillermo à l’arrivée étaient : « Maintenant j’ai envie d’une bonne douche, de manger quelque chose de normal, parce que nous n’avions pas embarqué beaucoup de nourriture, et j’ai faim !! »

Pour José Muñoz, la course a permis de suivre une excellente courbe d’apprentissage en vue de la Barcelona World Race à laquelle il participera aux côtés de Guillermo Altadill à la fin de l’année.
« Ce que je retiens avant tout c’est notre très bonne entente et notre bon fonctionnement sur une course de cette envergure. C’était un excellent test. »

Et José de terminer:  « Maintenant j’ai envie d’une bière, de prendre une douche, de repos et de communiquer avec ma famille… »


Afficher toute la rubrique


Mentions légales | Plan du site      ©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives  - design based on v1 by OC Sport