Img 8958

Cette année 2020 s’annonce à la fois chargée et cruciale pour Giancarlo Pedote. Le 8 novembre prochain, le coup d’envoi du Vendée Globe sera, en effet, donné au large des Sables d’Olonne.

Le navigateur devrait s’élancer pour un tour du monde sans escale et sans assistance à bord de son 60 pieds aux couleurs de Prysmian Group. Un défi sportif et humain hors-normes nécessitant une préparation optimale dans tous les spectres de la performance. Le challenge sera évidemment de taille mais le navigateur Italien, son équipe et ses partenaires déploieront toute leur énergie pour le relever de la plus belle des manières, boostés par l’audace d’un tel pari, mais aussi et surtout par la volonté de mettre le plus grand coup de projecteur possible sur l’ONG internationale Electriciens sans frontières : l’énergie positive et l'engagement social.

La recherche de fiabilité

Rentré fin novembre de Salvador de Bahia, ville d’arrivée de la Transat Jacques Vabre, Giancarlo Pedote a réceptionné son 60 pieds IMOCA aux couleurs de Prysmian Group mi-janvier. Le cargo qui transportait sa monture ainsi qu’une large partie de la flotte de la Route du Café n’est, en effet, arrivé à Lorient qu’en début d’année, après plusieurs jours de mer chamboulés par les aléas de la météo. « Nous avons récupéré le bateau un peu plus tard que prévu. De ce fait, le début de chantier a commencé avec un peu de retard sur le programme que nous nous étions fixé initialement », explique le navigateur italien qui conserve cependant le 18 mars comme date de mise à l’eau de sa monture. « Nous ferons au mieux pour tenir les délais », assure Giancarlo qui, comme l’ensemble de son équipe technique, ne compte pas ménager ses efforts en cette année de Vendée Globe. « Notre objectif est de fiabiliser le bateau encore et toujours. Nous souhaitons parvenir à réaliser l’entretien le plus précis possible afin d’avoir passé en revue un maximum de choses. L’objectif est de collaborer ensemble pour fiabiliser le bateau et de pouvoir partir autour du monde en toute sécurité », détaille le skipper de Prysmian Group.

François Van Malleghem 2019  VMA 0980

La validation des optimisations

En perpétuelle recherche de fiabilisation et, par ricochet, de performance, Giancarlo Pedote est bien conscient que si la phase de chantier est prépondérante, celle de validation l’est tout autant. « Dès la remise à l’eau du 60 pieds, nous attaquerons les entraînements en multipliant autant que possible les sorties en mer. Nous avons, entre guillemets, perdu un mois à cause des délais de transports du cargo au retour de la Jacques Vabre. De ce fait, nous n’avons plus le luxe d’avoir du temps à concéder aujourd’hui. Le départ du Vendée Globe est désormais dans moins de neuf mois. On peut presque dire que c’est demain. Chaque jour, et même chaque heure, doivent être maximisés », explique le skipper de Prysmian Group qui sait qu’à mesure que la grande échéance va approcher, il faudra se focaliser davantage sur les détails et n’en négliger aucun. « L’ergonomie, le confort sont également des points importants de la performance », note Giancarlo, toujours soucieux de laisser le moins de place possible au hasard.

Des aventures solitaires mais partagées avec le plus grand nombre

La préparation et l’optimisation seront donc des phases primordiales, cette saison, pour le marin et son équipe, mais les périodes de course seront-elles aussi déterminantes dans la construction du projet jusqu’au départ du tour du monde. The Transat CIC et la New-York – Vendée, dotées l’une et l’autre d’un coefficient 4 au programme des Globe Series, seront, à ce titre, deux épreuves majeures. D’une part parce qu’elles permettront l’une et l’autre, de cumuler des milles en vue de la qualification au Vendée Globe et, d’autre part, parce qu’elles représenteront de belles opportunités pour Giancarlo de continuer de prendre en main son bateau et de le mettre à sa « patte ». « Les courses en solitaires sont évidemment des moments importants et nécessaires pour continuer d’avancer et de progresser techniquement », souligne Giancarlo Pedote dont l’une des volontés affichées est de faire vivre son aventure au plus grand nombre : son équipe bien sûr, Prysmian Group qui l’accompagne fidèlement et avec confiance depuis de nombreuses années, mais aussi Electriciens sans frontière qui développe des projets humanitaires à travers le monde visant à réduire les disparités d'accès à l'électricité et à l'eau et à promouvoir, au moyen d’énergies renouvelables, le développement économique et social des populations les plus touchées par les catastrophes naturelles.

« Une telle aventure n’est belle que si elle est partagée », assure Giancarlo Pedote.