Partenariats



La Classe IMOCA collabore avec plusieurs associations et organisations internationales afin d'aider les scientifiques et contribuer à sensibiliser les communautés à la protection des océans.

 

Partnership ioc logo decade ocean science en

La Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) de l'UNESCO est l'organe des Nations Unies chargé de soutenir les sciences et les services océaniques mondiaux. Cette organisation permet à ses 149 États membres de travailler ensemble pour protéger la santé de notre océan commun en coordonnant des programmes d'observation de l'océan, d'atténuation des risques, d'alerte aux tsunamis et de planification spatiale marine. La COI fournit également une orientation aux autres organisations et agences des Nations Unies en matière de sciences de la mer, d’observations et d’échange de données. L’un des objectifs principaux de la COI est de permettre aux États membres de renforcer les capacités scientifiques et institutionnelles nécessaires à la réalisation de l’Objectif de développement durable n° 14 des Nations Unies, qui vise à conserver et à gérer durablement les ressources océaniques et marines d’ici à 2030.

LES SKIPPERS IMOCA SOUTIENNENT LES SCIENTIFIQUES

Le 31 janvier 2020, la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) de l'UNESCO et l’International Monohull Open Classe Association (IMOCA) ont signé un nouveau partenariat. Pendant deux ans, les entités mèneront plusieurs projets communs afin de soutenir la recherche scientifique marine et de sensibiliser à l'importance qu’occupent les sciences océaniques dans la protection de l'océan et l'utilisation durable des ressources marines.

L’ensemble des activités à mener est coordonné par le « Centre de soutien aux programmes d'observation in situ de la Commission technique mixte d’océanographie et de météorologie maritime » (JCOMMOPS : une collaboration entre la COI et l'Organisation Météorologique Mondiale) qui pilote près de 10 000 instruments d'observation océanique, assurant ainsi la surveillance continue de l'océan et de l'atmosphère.

Plus agiles que les navires scientifiques traditionnels, les monocoques IMOCA atteignent les zones de l'océan mal desservies par le trafic maritime régulier. La collecte de données relatives à l’océan et à l’atmosphère se fait tout au long de leur navigation : plusieurs instruments sont embarqués, permettant le déploiement de profileurs Argo et de dériveurs de surface.

« Chacun a un rôle à jouer dans la promotion d’un océan durable, encore plus lorsqu’il s’agit des régions éloignées et moins accessibles de l'océan. Les voiliers de la Classe IMOCA contribuent particulièrement aux observations océaniques et à la collecte de données océaniques primordiales, »a déclaré Vladimir Ryabinin, secrétaire exécutif du CIO de l'UNESCO, afin de saluer le partenariat entre la course à voile et la Science.


 Ocean bien commun l appel de catherine chabaud met les voile 4254086


Les océans sont le terrain d’expression des skippers de la Classe IMOCA lors de courses auxquelles ils participent. Les marins observent mieux que quiconque que la protection des océans est un enjeu et une responsabilité auxquels ils sont par nature sensibles.

Catherine Chabaud fût la première femme à boucler un tour du monde en solitaire et en course, lors du Vendée Globe 1996. Aujourd’hui, elle lance un appel pour que l’océan soit proclamé bien commun de l’humanité par les Nations Unies.

Une démarche faisant alors écho aux préoccupations des navigateurs. La démarche de ces derniers s’inscrivant chaque jour un peu plus dans une réflexion responsable, conscients du rôle écologique fondamental que jouent les océans sur notre planète.

C’est la raison pour laquelle, la Classe IMOCA a décidé de soutenir l’appel lancé le 8 juin dernier à Monaco à l’occasion de la Journée mondiale des océans et dans le contexte du lancement des IMOCA Globe Series.

APPEL POUR UN OCÉAN BIEN COMMUN DE L'HUMANITÉ

L’OCÉAN EST UN, GLOBAL ET CONTINU

Le grand courant qui le parcourt, tantôt en surface où il se réchauffe, tantôt en profondeur où il se refroidit, unit tous ses espaces. En mille ans, une goutte d’eau fait le tour du monde.

L’OCÉAN EST UN TRÉSOR POUR L’HUMANITÉ

Grâce à sa dynamique et à ses échanges avec l’air, il séquestre le carbone, fournit la moitié de l’oxygène de l’atmosphère et régule le climat. La richesse de sa biodiversité, le foisonnement de la vie qu’il abrite, nous nourrissent et protègent nos côtes. Chaque jour davantage, nous bénéficions de son énergie, de ses matériaux, des médicaments que nous y découvrons. Depuis toujours, il relie les humains et permet la quasi-totalité des échanges de marchandises. Il nous émerveille et nous fait rêver.

L’OCÉAN, AVENIR DE L’HUMANITÉ, EST MENACÉ

Nous le saturons de déchets, de plastiques, d’eaux polluées et de gaz carbonique. Aujourd’hui, nous pillons ses poissons et détruisons ses habitats. Demain, ferons-nous de même avec ses ressources génétiques et minérales ? Objet de toutes les convoitises et de compétitions effrénées, l’Océan sera-t-il, la cause et le théâtre de prochains conflits armés ?

L’OCÉAN EST LA RESPONSABILITÉ DE TOUS

Les accords internationaux de la deuxième moitié du XXème siècle ont défini un cadre nécessaire et longtemps considéré comme suffisant pour la bonne gestion de l’Océan. Mais il est urgent d’aller plus loin et de construire ensemble une nouvelle approche, qui place la responsabilité collective au-dessus des principes de liberté et d’appropriation.

L’OCÉAN EST LE BIEN COMMUN DE L’HUMANITÉ

L’Accord de Paris sur le climat, dans son préambule, encourage tous les États à veiller à l’intégrité de l’Océan en tant qu’écosystème en vue de la protection de sa vaste biodiversité. Alors que les Nations unies s’apprêtent à compléter le statut de la « Haute mer » en vue de mieux la protéger et d’utiliser durablement ses ressources.

SIGNEZ L'APPEL

« Nous, signataires du présent Appel, considérons que l’intégralité de l’Océan est menacée et demandons instamment que tous les espaces marins, côtiers comme hauturiers, soient considérés comme le bien commun de l’Humanité. »

oceanascommon.org

News